Care Full Technology et iMinds Health illustrent l’évolution du monde des soins de santé

Vives et RVO-Society ont lancé récemment le projet biennal Care Full Technology, une collaboration interdisciplinaire entre des futurs bacheliers dans les formations des soins, de la technologie et de l’entrepreneuriat. iMinds Health a été créée très récemment et a pour objectif de jeter des ponts entre la réalité et les promesses de l’ICT dans les soins et le secteur des soins de santé.

Care Full Technology (CFT): une collaboration interdisciplinaire entre des futurs bacheliers professionnels

Le projet Care Full Technology (CFT) est surtout intéressant parce qu’il stimule la collaboration interdisciplinaire entre des futurs bacheliers professionnels suivant des formations en soins, technologie et entrepreneuriat. Après une année d’entrée en matière à la haute école ostendaise Vives,  les initiateurs du projet se sont adressés durant cette année académique à toutes les hautes écoles de Flandre et ont mis au point un exercice intensif destiné à faire collaborer les disciplines au sein d’une même école, voire entre différentes écoles. Le projet Care Full Technology jette des ponts entre l’économie et l’enseignement, et est soutenu par Agentschap Ondernemen (Agence flamande pour l’entreprise).
Care Full Technology a finalement rassemblé 8 hautes écoles, 11 formations différentes et 180 étudiants, une première en Flandre. Vingt-huit équipes d’étudiants ont collaboré durant trois mois pour répondre à la demande concrète d’un établissement de soins. Fin avril, ces équipes venues de toute la Flandre ont présenté leurs solutions technologiques sur mesure pour le secteur des soins. Un jury d’experts venus du monde de l’entreprise, des soins et de l’enseignement, a désigné comme gagnante une équipe de Vives composée d’étudiants en informatique appliquée, en management logistique et en art infirmier, pour son projet ‘tip top getypt’ (ndlr : tapé juste). Ces gagnants ont été mis à l’honneur par la ministre flamande de l’Enseignement, Hilde Crevits, lors d’un événement de clôture.

“Le projet a débuté fin janvier. A l’époque, les étudiants ont eux-mêmes été physiquement handicapés (malvoyants ou en chaise roulante) durant une journée, lors de ce que nous avons appelé un trajet d’identification”, explique Vincent Leroy, coordinateur du projet CFT au sein de la haute école Vives. “Le projet CFT avait pour but, outre la collaboration entre les différentes disciplines et la stimulation de l’entrepreneuriat, de mettre également l’accent sur l’innovation sur mesure. Les étudiants devaient réellement écouter la demande des établissements de soins et travailler sur mesure pour le groupe cible.”
“En trois mois de temps à peine, les étudiants ont élaboré en équipe une proposition de projet qui rencontre les attentes de leur établissement de soins”, ajoute Joke Dessin, coordinatrice Cretecs au sein de Vives. “Pour cela, un bon contact avec l’établissement de soins était indispensable. Les étudiants devaient également confronter leur solution technologique avec une entreprise qui propose une technologie similaire sur le marché des soins de santé, ainsi que prévoir un ‘business plan’. Certaines collaborations au sein des différentes équipes ont parfois été plus faciles que d’autres, mais le processus a été unanimement perçu comme étant très enrichissant.”
Le projet lauréat est un programme d’autocorrection d’écriture pour personnes atteintes d’un handicap qui séjournent dans l’établissement de soins Mariënstede à Dadizele. L’équipe gagnante, composée de Sebastiaan Roose (Ostende, Vives, art infirmier), Mohammed El Issati (Menin, Vives, management logistique), Wouter (Vives, informatique appliquée) et Timothy Van Poucke (Ostende, Vives, informatique appliquée), a constaté que les traitements de textes existants ne sont pas faciles à utiliser pour bon nombre de personnes : les boutons sont petits et les utilisateurs ont parfois du mal à cliquer dessus. En outre, de nombreuses fonctions sont superflues, l’insertion d’images est complexe et il n’y a pas de système de prédiction de mots. Le personnel encadrant doit souvent leur venir en aide, parce que le programme n’est pas adapté. Les boutons ont déjà été agrandis et des exercices ont été menés avec les utilisateurs afin d’agrandir les caractères, mais cela n’a pas débouché sur un résultat évident.
“Notre solution est devenue un ‘macro’ pour le programme Publisher, sur la base du langage de programmation ‘Visual Basic’”, précisent les étudiants gagnants. “Un macro est un programme qui soutient un programme informatique plus important. Ce macro contrôle le fichier de mots qui se trouvent dans un autre fichier, et les modifie pour qu’ils soient corrects.”
“Le plus difficile, ce fut de programmer une autocorrection dans ce macro, mais nous avons résolu ce problème au moyen d’une liste de mots comportant les erreurs fréquemment commises par les utilisateurs. Nous avons programmé le macro de manière à ce que les erreurs soient remarquées et remplacées par le mot correct. Cette solution est une solution sur mesure, mais en introduisant quelques adaptations et d’éventuels ajouts au sein du macro, elle pourrait également se révéler utile pour d’autres établissements de soins qui utilisent aussi le traitement de textes à l’attention des personnes atteintes d’un handicap.”
Signalons aussi que le second prix a été décerné à un système de comptage baptisé ‘Iedereen telt mee’ (ndlr : tout le monde compte), conçu pour des personnes souffrant d’un handicap mental et/ou physique, pour l’organisation Mariënstede (équipe composée de Michiel Oda, Bram Beirens, Liesbeth Dewilde, Nicky Van den Abbeele et Tine Clarebout). La dernière marche du podium a  été attribuée à un jeu-projet (‘Interactive games’) pour personnes atteintes d’un handicap mental, et cela pour l’asbl Zorgorganisatie Wai not, de Louvain (équipe composée de Jonathan Biembongo, Obiyaa Ansah, Dorien De Wilde, Inia Van Melkebeke, Jan Van Rossem, Evelyn De Ceuninck et Mathias Christiaen).

iMinds Health : innovation numérique dans le secteur des soins et de la santé

iMinds, le centre de recherché dédié à l’innovation numérique en Flandre, a été créé il y a plus de dix ans dans le giron du gouvernement flamand. Il rassemble l’expertise de plus de 850 chercheurs de cinq universités flamandes et fait la différence grâce à une vaste offre d’instruments de recherche coopérative. La création d’iMinds Health fut décidée dans sa foulée l’an dernier. En collaboration avec les pouvoirs publics, le secteur et l’industrie de l’ICT, iMinds Health entend offrir des solutions durables concrètes au secteur des soins et de la santé en Flandre.
Le rôle d’iMinds est connu : il propose des outils qui permettent de rassembler les chercheurs et leurs partenaires du monde de l’entreprise. Par ailleurs, iMinds coache des chercheurs, de jeunes entrepreneurs et des start-up techniques, pour qu’ils puissent commercialiser leurs idées avec succès.
Au cours de la dernière décennie, iMinds a investi, avec ses partenaires, dans plus de 30 projets de recherche et expériences pilotes en relation avec les soins et la santé. Ceux-ci tournaient autour de thèmes tels que l’échange de données médicales, l’utilisation de la technologie numérique dans les soins à domicile et résidentiels ou le traitement des images médicales. L’importance clairement croissante de la numérisation dans le secteur et l’élargissement du contexte sociétal a entraîné l’an dernier le lancement d’iMinds Health. De ce fait, la Flandre dispose désormais d’un centre d’innovation numérique pour le secteur des soins et de la santé.
Nous avons contacté Roger Lemmens, directeur d’iMinds Health, afin de savoir de quoi s’occupe iMinds Health sur le plan des innovations. Pour une meilleure compréhension, M. Lemmens recadre d’abord l’une ou l’autre chose :
“Etant donné que l’on remarque clairement un ‘sense of urgency’ dans le secteur, nous voulons parvenir à un modèle durable qui préserve notre système de santé belge, qui est d’une grande qualité. C’est également la raison pour laquelle iMinds Health se concentre surtout sur la traduction réelle de la recherche appliquée, de l’expertise et des expérimentations en solutions numériques concrètes, qui peuvent offrir à court terme une plus-value à notre système de santé.”
“Avant que nous n’examinions les projets, je voudrais souligner que les raisons d’être d’iMinds Health ne résident pas dans le développement de nouveaux logiciels, produits ou services, ni dans l’exercice d’une sorte de fonction de gestionnaire de réseau. Non, notre objectif premier est de mettre en place des projets (de recherche) appliqués, dans le cadre de thèmes stratégiques bien définis, et de jeter des ponts entre la technologie existante et le marché. Dans cette optique, les projets menés par iMinds Health ne peuvent pas l’être de façon isolée par rapport au secteur des soins et de la santé. En dehors de cela, nous devons être attentifs à la collaboration (sous)sectorielle et devons communiquer nos expériences au-delà des frontières. La durabilité de nos solutions est un autre facteur critique. Cela signifie que le développement et le suivi de nouveaux outils et de nouvelles initiatives se déroulent en collaboration avec les utilisateurs finaux. Enfin, nous devons également mettre en place un modèle financier réaliste, afin d‘atteindre les objectifs et de répondre aux défis qui se posent dans les soins de santé.”

Des projets sous le feu des projecteurs

Lorsque l’on examine les innovations, b-SLIM est la première à sauter aux yeux. b-SLIM est une sorte de ‘super coach’ pour personnes atteintes d’obésité. A côté de ce projet, iMinds Health braque également le feu des projecteurs sur les projets récents tels que Hips, Aorta, Mecovi, MyHealthData et NXT_Sleep.
b-SLIM est décrit comme un ‘super coach’ numérique, permettant de remporter de manière permanente la lutte contre le surpoids. Ce projet tend à développer une application de ‘Super Coach’ pour des personnes atteintes d’obésité ou de surpoids. Cette application contrôle de manière entièrement automatique tous les facteurs déterminant le poids et les utilisent pour générer un conseil personnalisé. De cette manière, les utilisateurs sont soutenus dans leur objectif : perdre durablement du poids.
– Hips est un projet qui entend faire concorder de manière optimale lesprocessus de gestion des moyens disponibles dans un hôpital (marchandises, collaborateurs, équipements) et les flux d’informations qui y sont afférents avec le parcours de soins du patient, ceci d’une manière flexible et transparente , de telle sorte que les indicateurs critiques de performance opérationnels restent en équilibre. Le projet Hips prévoit le développement d’une méthodologie et d’un ensemble d’outils que les hôpitaux peuvent utiliser pour analyser et optimaliser leur fonctionnement opérationnel. Dans un premier exemple, tous les processus liés à la chirurgie de la hanche sont évalués, avec un suivi de l’ensemble du parcours de soins, depuis l’admission à l’hôpital jusqu’à la sortie, avec une attention particulière sur le bloc opératoire.
Aorta examine comment les hôpitaux peuvent gagner en efficacité grâce à une attribution dynamique des tâches et des moyens au personnel logistique et infirmier. Le projet s’efforce de soutenir les différents processus logistiques et de les intégrer avec de nouveaux systèmes qui s’adaptent continuellement au contexte de l’hôpital. De cette manière, Aorta entend notamment réduire les temps d’attente des patients, décharger le personnel infirmier de tâches qui ne sont pas liées aux soins et permettre un stockage plus efficace des biens de consommation.
Mecovi: Les partenaires de recherche qui collaborent au projet Mecovi développent ensemble un environnement numérique pour une collaboration locale et en ligne dans les équipes médicales multidisciplinaires. Lors des réunions de ces équipes, cet environnement doit permettre d’interpréter et de visualiser de manière simple et intuitive des données provenant de plusieurs sources et en différents endroits, afin de faciliter la collaboration entre les dispensateurs de soins. Mecovi recherche spécifiquement de nouveaux composants technologiques qui facilitent la concertation médicale.
MyHealthData recherche l’éventuelle valeur ajoutée de l’accès aux données de santé pour les patients, et cherche des solutions pour lever les éventuelles barrières à cet accès chez les patients et les dispensateurs de soins. Le projet s’y attèle en proposant des scénarios possibles pour des applications susceptibles de fonctionner. La combinaison d’un profil de patient individuel, d’une information médicale validée et d’outils permettant d’explorer l’information médicale permet au patient d’avoir plus confiance en soi.
NXT_Sleep s’intéresse au contrôle des troubles du sommeil à domicile. Les données démographiques dans les pays occidentaux constituent une menace pour la capacité de nos hôpitaux à gérer la demande croissante de soins de santé. En conséquence, de nouvelles approches sont nécessaires en matière de soins de santé, grâce auxquelles il sera possible d’effectuer le contrôle de différentes maladies, même compliquées, en dehors de l’hôpital, mais avec un suivi à distance depuis celui-ci.
Vous souhaitez plus de détails sur ces innovations? Alors, surfez sur http://www.iminds.be/nl/projecten?q=health.

Lees ook

Wil je op de hoogte blijven van het laatste zorgnieuws?

Wens je up-to-date te blijven van het laatste zorgnieuws en leerrijke events?
Schrijf je dan hier in en ontvang 2-wekelijks onze nieuwsbrief.