Le secteur des soins tire avantage de la sous-traitance du linge

Par « linge », il faut entendre tout ce qui est utilisé pour faire les lits, pour les soins des patients et pour l’entretien au sein de l’institution. Le linge peut, grosso modo, être réparti en trois catégories :

* linge : linge de lit, linge d’hôtellerie, linge de soin, linge des patients.
* vêtements professionnels : uniformes pour les divers groupes de personnel (médecins, personnel infirmier, logistique, de cuisine, paramédical, technique)
* linge des résidents : le linge ou les vêtements des résidents du centre de logement et de soins

Pour les deux premiers groupes, il s’agit souvent d’articles en location, nettoyés en blanchisserie industrielle. Le troisième groupe est, par définition, la propriété du résident, il ne peut donc être question que d’un entretien en blanchisserie. Les prescriptions légales en matière d’entretien du linge sont décrites dans les directives du Conseil Supérieur de la Santé de 2005, sous le chapitre « Recommandations relatives au traitement du linge des institutions de soins » (www.health.fgov.be/CSH_HGR).

Sous-traitance

Pour ce qui est des hôpitaux, le processus du linge (en location) et des vêtements professionnels est assuré en collaboration avec un partenaire industriel. Rares sont encore les hôpitaux en Belgique qui possèdent leur propre blanchisserie. Dans les centres de logement et de soins également, l’entretien du linge et des vêtements professionnels est très fréquemment sous-traité. Pour ce qui est des vêtements et du linge des résidents, l’offre de possibilités est plus vaste : blanchisserie industrielle, blanchisserie locale, dans l’institution elle-même ou par la famille du résident.

Linge loué

La plupart des hôpitaux travaillent avec du linge en location. Plusieurs considérations sont à prendre en compte. Tout d’abord, cela ne nécessite pas de gros investissements dans du linge. Et il ne faut pas consacrer un temps considérable à son suivi. Chaque année, 20% du linge doit être complété, en raison des pertes et/ou de l’usure. En outre, il ne faut plus gérer de stock dans l’institution : le linge loué peut être commandé et livré quotidiennement.
Les commandes se font en fonction de la consommation. Le linge loué permet d’avoir une vue claire de la consommation en linge de chaque département. Et désormais, il y a un arrivage constant de linge loué, et tout est fourni selon des normes établies. Le linge est en outre conditionné en quantités définies, et livré par département. Une institution peut en outre travailler avec diverses couleurs, en fonction des départements. Cela peut contribuer à l’ambiance familiale au sein de l’établissement.

Systèmes automatiques

Les hôpitaux font de plus en plus appel à des systèmes automatiques pour la fourniture de vêtements. L’une des raisons à cela est que le personnel hospitalier n’est plus autorisé à entretenir les vêtements de travail. L’entretien de ces vêtements relève de la responsabilité de l’institution, qui collabore pour ce faire avec un partenaire industriel. Alors que par le passé, les vêtements étaient personnalisés (au nom de la personne qui les portait), ils ne sont aujourd’hui plus identifiés que par le logo de l’hôpital ou du centre de logement et de soins. L’avantage, c’est qu’il y a moins de vêtements en rotation, parce que chaque groupe de personnel fonctionne avec un pool de vêtements. L’inconvénient, c’est que les vêtements sont moins gérables, mais cela est compensé par le fait de ranger les vêtements dans un distributeur, qui automatise la remise ou la prise des vêtements, et en assure donc la gestion. Le principal avantage de travailler avec un appareil de distribution, c’est la prise et la remise des vêtements aux travailleurs de l’institution.
 
Merci aux entreprises DUMOULIN et STERIMA-VANGUARD

Bert Verbeke 

 

Lees ook

Wil je op de hoogte blijven van het laatste zorgnieuws?

Wens je up-to-date te blijven van het laatste zorgnieuws?
Schrijf je dan hier in en ontvang 2-wekelijks onze nieuwbrief.