Le tutorat comme levier à des changements dans les soins

Personne de confiance

“D’une enquête interne auprès de nouveau-venus, il ressortait que le sentiment de sécurité lors du travail avec et parmi des patients psychiatriques est considéré comme très important. Quarante pour cent des personnes ne se sentaient pas à l’aise les premiers jours. Mais ce n’est pas seulement le nouveau cadre de travail et le travail avec et parmi les patients psychiatriques qui est lourd pour les nouveaux arrivants. Ils doivent aussi s’adapter aux horaires irréguliers (horaires variables, services de gardes), qui modifient leur vie et leurs contacts sociaux. Il fallait donc une personne de confiance qui puisse être à l’écoute de leurs craintes, leurs doutes, leur sentiment d’impuissance. Le tuteur au C.P. Dr. Guislain se voit dès lors confier un rôle supplémentaire de taille: soutenir et renforcer le nouvel arrivant sur le plan émotionnel.”

Volontariat

“Tous les travailleurs plus âgés ne doivent pas devenir tuteurs. L’engagement en tant que tuteur est un choix volontaire du travailleur expérimenté et qui nécessite certaines compétences. Choisir d’être tuteur est un choix libre, mais pas sans engagement. Cette tâche est en effet considérée comme faisant partie des tâches du travailleur et tout nouvel arrivant a droit à un tuteur. La manière dont cette relation est remplie concrètement est par définition déterminée sur mesure. »
 
Effets

“Les effets du tutorat peuvent être mesurés à trois niveaux. En ce qui concerne l’organisation, les dirigeants directs confirment que la méthodologie du tutorat a été bien accueillie dans le service et que chacun en comprend aussi la valeur ajoutée. Il est cependant trop tôt pour constater s’il a un effet de recrutement chez les nouveaux travailleurs et si les travailleurs plus âgés restent plus longtemps actifs. Ceci sont des effets qui ne pourront être mesurés qu’à long terme.”  En ce qui concerne les tuteurs, en revanche, on peut parler d’un certain nombre d’effets spécifiques. “Ils se sentent reconnus par la direction: le rôle de tuteur confère un statut. Les tuteurs se sentent aussi respectés par les collègues. Ils s’arrêtent eux-mêmes davantage à ce qu’ils font et à leur manière d’accompagner les jeunes. Ils ressentent également un lien de confiance avec l’”élève”, y compris lorsque le processus de tutorat est achevé.” Pour les nouveaux collaborateurs enfin, les effets sont extrêmement positifs. “L’accueil et la formation enregistrent d’excellents résultats sur toute la ligne, grâce notamment à la présence du tuteur et à la prise de contact dans le service. Le soutien prolongé d’un tuteur est apprécié et le sentiment d’insécurité diminue clairement,” conclut Veerle Hers.

Citation:

“D’une enquête interne auprès de nouveau-venus, il ressortait que le sentiment de sécurité lors du travail avec et parmi les patients psychiatriques est considéré comme très important. Quarante pour cent des personnes ne se sentaient pas à l’aise les premiers jours.

Légende photo:

Veerle Hers: “Un tuteur peut jouer un rôle très important dans une organisation en termes de soutien et de renforcement des nouveaux arrivants sur le plan émotionnel.”

Bert Verbeke

 

Lees ook

Wil je op de hoogte blijven van het laatste zorgnieuws?

Wens je up-to-date te blijven van het laatste zorgnieuws?
Schrijf je dan hier in en ontvang 2-wekelijks onze nieuwbrief.