L'hôpital régional Sint-Maria Halle : qualité et performance sont garantes d'un solide avenir

« Durant ces douze dernières années, notre hôpital s’est fortement développé et sur tous les plans. Le nombre de lits a augmenté d’environ 200 à plus de 400, le nombre de docteurs  de 30 à 40 jusqu’à 90 » nous explique Jozef Jonckheere pour commencer. « Dans la région, nous occupons une sorte de position de monopole, notre offre de soins s’y est aussi adaptée. Nous essayons d’offrir des services de soins de santé les plus polyvalents possible. Plus de services spécialisés, cela signifie aussi que nous pouvons servir plus de clients et que nous pouvons dans le même temps attirer plus de médecins, l’un renforce l’autre. Le département des urgences en est un exemple : les effectifs médicaux se sont complétés de médecins urgentistes compétents et en suffisance. Entre-temps, nous avons encore franchi un pas de plus et nous avons élaboré un service SMUR. C’est la même histoire pour l’imagerie médicale pour laquelle depuis quelques années un nouveau service de Tomographe à Résonance Nucléaire (RMN) est opérationnel. Il s’agit d’un service de diagnostic médical de base qui est indispensable dans un hôpital général polyvalent de nos jours. De même, la création de diverses cliniques de jour – pour la médecine interne, la chirurgie ainsi que pour la gériatrie – cadre parfaitement avec l’image d’extension permanente de notre offre de soins. D’ailleurs, quasi tous les services et toutes les prestations de services de l’hôpital connaissent des innovations et des extensions. »

Collaboration

« Afin d’intensifier la performance de notre hôpital, la collaboration avec d’autres institutions est un must. Nous avons plusieurs collaborations, tant collégial avec des hôpitaux généraux universitaires (KUL, UZ Brussel), qu’avec Sint-Jean à Bruxelles, les hôpitaux Europa dont le siège est à Uccle, OLV à Alost, ainsi qu’avec des institutions de la santé mentale. Récemment en 2009,  nous avons encore conclu une convention spécifique avec la clinique Sint-Jean à Bruxelles pour l’achat de 24 lits financièrement justifiés en catégorie C-D qui pouvaient être convertis en lits G complémentaires. Avec l’Hôpital Universitaire de Bruxelles, nous avons signé l’an passé un accord-cadre pour quelques branches médicales : hématologie et oncologie hématologique ; la cardiologie invasive et aiguë ; la rythmologie et la chirurgie cardiaque ; la médecine reproductive ; la pédiatrie et la néonatalogie. De nouveaux accords sont encore en route avec les mêmes partenaires et d’autres partenaires ».

L’importance du réseautage

Fort de ses années d’expérience et de son vaste réseau, l’administrateur délégué, Jozef Jonckheere, dirige le processus de modernisation et l’expansion de l’hôpital. « L’importance d’un réseau n’est jamais suffisamment soulignée. Je recherche sans cesse des moyens de continuer à consolider l’élaboration et l’offre générale de l’hôpital. Via notre réseau ainsi que via notre nouvel hôpital sur un nouveau campus jeune, nous restons en mesure d’attirer à Halle de jeunes académiciens compétents et des collaborateurs experts pour ainsi réaliser de nouvelles prestations de services. » 

Référenciation

« Sint-Maria Halle a beau s’être développé fortement au cours de ces dernières années, il reste dans l’avenir proche encore d’innombrables défis. Nous sommes confrontés à quelques obstacles. Nous sommes arrivés dans le monde hospitalier à une sorte de concurrence réciproque entre les institutions. Chaque institution veut être la plus belle, la meilleure et la plus polyvalente. C’est aussi stimulé par la demande croissante de la part du patient proprement dit. La concurrence apparaît dans les domaines du personnel, de l’infrastructure et des équipements. Cette concurrence engendre indirectement l’augmentation des investissements. Nous sommes de plus en plus conscients de l’importance de la référenciation afin de suivre à temps les diverses tendances du secteur. Le taux d’occupation élevé de notre hôpital indique une attractivité appréciable, mais aussi un manque chronique de capacité. D’autre part, les hausses de capacité ne sont pas toujours évidentes en vertu des programmes et des plannings rigoureux du gouvernement d’une part, et des efforts financiers considérables qui les accompagnent pour l’institution d’autre part. »
Jozef Jonckheere signale qu’outre la recherche et la découverte de collaborateurs, attirer des médecins aux profils spécifiques reste également un défi permanent. « Un autre phénomène est la responsabilisation accrue du patient. Cela a pour conséquence que chaque hôpital doit être rigoureusement en ordre avec toutes les prescriptions, procédures et toute une panoplie de mesures de sécurité vis-à-vis des patients et des familles. C’est une bonne chose en soi. Nous accordons une grande priorité à la qualité et elle figure depuis longtemps en tête de la déclaration générale de nos missions. Last but not least : les hôpitaux restent également confrontés aux incertitudes financières d’exploitation en raison de divers facteurs externes. Compte tenu des lourdes restrictions du gouvernement qui nous attendent, on peut se demander si l’indexation annuelle de  4,5 % du secteur de la santé reste encore applicable dans notre pays. En bref, de nombreuses incertitudes nous obligent à rester vigilants de toute part. Les collaborateurs et les actionnaires de Sint-Maria Halle peuvent – du moins, nous l’espérons – quand même être rassurés : ensemble avec le Conseil d’Administration et le management, nous nous œuvrons quotidiennement à la consolidation d’une qualité de très haut niveau tout en poursuivant une solide élaboration de tous nos équipements » conclut Jozef Jonckheere.    

Sint-Maria Halle en chiffres ronds :

400 lits
800 collaborateurs
90 médecins
10500 hospitalisations/an
20000 patients en hôpital de jour
21000 relais des urgences
Taux d’occupation moyen : 90%

CITATIONS :

« Plus de services spécialisés, cela signifie aussi que nous pouvons servir plus de clients et que nous pouvons dans le même temps attirer plus de médecins, l’un renforce l’autre. »

« Nous sommes arrivés dans le monde hospitalier à une sorte de concurrence réciproque entre les institutions. Chaque institution veut être la plus belle, la meilleure et la plus polyvalente. »

Légende de  la photo :

Jozef Jonckheere : « Le taux d’occupation élevé de notre hôpital indique une attractivité appréciable, mais aussi un manque chronique de capacité. »

Bert Verbeke

 

Lees ook

Wil je op de hoogte blijven van het laatste zorgnieuws?

Wens je up-to-date te blijven van het laatste zorgnieuws?
Schrijf je dan hier in en ontvang 2-wekelijks onze nieuwbrief.