Prime d'attractivité pour le personnel infirmier motivé en gériatrie

« Depuis l’avènement du programme de soins gériatriques, les départements de gériatrie sont centralisés sur le campus de Willebroek. Nous y disposons de 44 lits, et à l’avenir, nous en voulons 72. Nous n’y sommes pas encore, car en raison d’un manque de personnel, nous ne pouvons pas aujourd’hui réaliser toutes nos ambitions. Pour attirer les candidats, une prime d’attractivité est octroyée depuis le 1er octobre 2009 aux membres du personnel contractuels, travaillant notamment en gériatrie. Cette prime s’élève à 10% nets du salaire horaire, ce qui représente un supplément de 1.28 € par heure. Les diplômes infirmiers suivants entrent en considération : A1, A2, assistant infirmier ou assimilé suite à l’article 54bis. » Louis Van Nieuland reconnaît que cette action ne rencontre malheureusement pas un franc succès. « A ce jour, cet incentive ne nous a permis de réaliser qu’une seule embauche en gériatrie. C’est bien évidemment décevant, mais cela ne signifie pas que nous baissons les bras. Je suis convaincu que nous devons faire mieux en matière de communication et d’information avec l’extérieur. Hélas, nous manquons de temps et de bras… »

Le vieillissement de la population, un défi

« Dans notre société, le vieillissement de la population est souvent perçu comme un problème, » déclare Cindy Van Geel. « Nous considérons plutôt ce phénomène comme un défi. Avec notre programme de soins gériatriques, nous essayons de répondre à tous les besoins caractéristiques des personnes âgées. Pour ce faire, il est nécessaire d’avoir une équipe multidisciplinaire. Outre le gériatre et le personnel infirmier, des diététiciens, des ergothérapeutes, des kinésithérapeutes, des logopèdes et des travailleurs sociaux contribuent à la création d’une image précise des traitements et des soins nécessaires. Le patient gériatrique bénéficie ainsi d’une approche sous plusieurs angles. »
Cette approche est déjà appliquée dans une phase antérieure. « Toute personne, à partir de 75 ans, admise dans un service non gériatrique et courant un risque de complications est encadrée dès son admission par une équipe multidisciplinaire, la liaison gériatrie interne. Dans les 72 heures de l’hospitalisation, cette équipe dresse un rapport du besoin en soins. Ce rapport est envoyé au médecin traitant et au médecin de famille. De la sorte, ce dernier est informé dès le départ. Nous essayons également d’éviter et/ou de traiter les problèmes médicaux et de soins pendant le séjour. D’une manière générale, nous essayons de fournir une aide en cas de problèmes de mémoire et de confusion, de problèmes de chute et d’équilibre, de problèmes émotionnels, de problèmes d’incontinence, de problèmes alimentaires, etc. » Pour garantir une liaison interne, une équipe active dans la détection des patients a été formée dans divers départements. « Nous utilisons entre autres l’instrument de mesure ISAR, qui permet d’évaluer le profil gériatrique du patient. Nous disposons également d’une liaison externe qui nous permet une collaboration avec une dizaine de maisons de retraite dans la région. »

Maturité et personnalité

« Dans les formations en soins infirmiers, la gériatrie est traitée de manière dure. La gériatrie n’est qu’une option. De ce fait, cette discipline ne bénéficie pas de la reconnaissance qu’elle mérite. Avec une formation de 50 heures, les membres du personnel infirmier peuvent acquérir une compétence professionnelle en gériatrie, et un titre est remis après 150 heures de formation. A partir de 2010, 450 heures de formation devront être suivies. Même s’il est difficile de recruter de nouvelles personnes, nous n’avons pas l’intention de revoir nos exigences en matière de compétences à la baisse. Outre une bonne dose d’enthousiasme et d’empathie, nous voulons principalement de la maturité et de la personnalité. Certaines personnes ont cela d’emblée, pour d’autres, cela vient avec le temps. Avec des formations sur le terrain, nous essayons d’amener les nouveaux venus à un niveau supérieur, » explique Louis Van Nieuland. « D’ici septembre 2010, nous voulons établir une ‘G promo team’ qui présentera les connaissances sur les soins de manière interactive dans les écoles de soins infirmiers et, sur demande, dans d’autres institutions. » De la sorte, nous voulons corriger l’image souvent fausse de la gériatrie et enthousiasmer les jeunes pour un emploi passionnant. »

Légende de la photo : Louis Van Nieuland et Cindy Van Geel : « Nous voulons attirer les jeunes pour un emploi passionnant en gériatrie ».
Bert Verbeke      

 

Lees ook

Wil je op de hoogte blijven van het laatste zorgnieuws?

Wens je up-to-date te blijven van het laatste zorgnieuws?
Schrijf je dan hier in en ontvang 2-wekelijks onze nieuwbrief.