Qui a parlé de ‘nettoyage écologique' ?

Tous les cours d’hygiène décrivent le nettoyage et la désinfection comme des tâches à effectuer à part et tout le monde sait qu’il est impossible de désinfecter une surface sale.  Cependant, nombreuses sont les entreprises qui vendent des produits qui réussiraient à combiner les deux simultanément. La question centrale est : à quoi sert toute cette désinfection ? La désinfection a lieu via des biocides, ce qui signifie littéralement ‘des produits qui tuent les organismes vivants’, tout comme les antibiotiques. De plus en plus de médecins limitent l’utilisation systématique de ce genre de produits, qui nous ont mis sur les bras le MRSA et d’autres bactéries résistantes.  Ceux qui sont à la recherche de principes clairs et d’une terminologie correcte en ce qui concerne le nettoyage écologique et de même pour les produits de nettoyage, peuvent mieux s’adresser à des entreprises qui en ont fait leur mission. En Europe, il existe au moins une dizaine d’entreprises qui travaillent depuis déjà trente ans ou plus à ce genre de produits. Ils se sont insérés dans un trajet de développement durable. Une des règles de conduite les plus importantes est : « Pour atteindre un développement durable, la protection de l’environnement doit représenter un élément intégrant du processus de développement et ne pas être considérée séparément. » (Déclaration de Rio de Janeiro relative à l’environnement et au développement, principe 4)  Dès lors, que faut-il considérer comme principe et terminologie ? Le principe général est le développement durable précité, qui fait simultanément entrer en ligne de compte des domaines écologiques, économiques et sociaux. Un nettoyage ou un produit de nettoyage doit donc être écologiquement responsable, économiquement rentable et socialement équitable. Le critère écologique évalue dans quelle mesure chaque matière première brute ou transformée répond de A à Z au développement tourné vers l’avenir : pas d’origine fossile, pas de déprédation, pas de consommation abusive d’énergie ou d’eau, pas de déchets excessifs, pas de molécules à risques, une faible toxicité aquatique, une biodégradabilité rapide et totale, pas de restes non dégradables ultérieurement.  Et ‘naturel’? C’est tout ce qui pousse sur les arbres. Et ce ne sont donc assurément pas des produits de nettoyage. Avec nos remerciements à Peter Malaise (Ecover) 

Lees ook

Wil je op de hoogte blijven van het laatste zorgnieuws?

Wens je up-to-date te blijven van het laatste zorgnieuws en leerrijke events?
Schrijf je dan hier in en ontvang 2-wekelijks onze nieuwsbrief.