Un centre de soins durable pour seniors dépendants

« Ce dossier a commencé avec une étude en vue de rénover et d’agrandir l’ancien bâtiment, avec une adaptation aux exigences actuelles en matière de confort. En apparence, ce bâtiment avait l’air toujours assez moderne et contemporain, même après 30 ans d’usage intensif. Et comme il y avait encore assez de surface bâtissable sur le terrain, un reconditionnement avec extension semblait un choix logique. »
Une première étude de la situation architecturale du bâtiment nous fit rapidement comprendre que de gros travaux étaient nécessaires pour atteindre notre objectif. « Les points négatifs étaient la menuiserie, en bois partout et à simple vitrage, l’isolation insuffisante du toit et des murs, l’absence d’isolation au sol, les dispositifs électriques et sanitaires désuets, des caves periodiquement inondées, un système d’appel désuet, des problèmes avec le système d’égouttage… Sans oublier qu’il y avait énormément d’amiante dans le bâtiment, ce qui en soit ne posait pas de problème tant que des réparations ou des modifications n’étaient pas réalisées, mais qui constituait un facteur limitatif et de coût au niveau de la gestion technique du bâtiment. » Il fut clair que dans le meilleur des cas, il ne subsisterait qu’une carcasse du bâtiment. « De là est partie l’idée d’une nouvelle construction, car il était évident que la démolition et une nouvelle construction seraient moins chères qu’un reconditionnement. Le choix fut alors vite fait. C’est ainsi que le projet de construire un CLS tout neuf vit le jour. »
Exigences en termes de soins pour les personnes âgées
« Tout d’abord, le bâtiment doit respecter les exigences actuelles en termes de soins aux personnes âgées. Il s’agit notamment de groupes de vie plus petits, avec des espaces de vie et de repas particuliers, appelés également séjours, au niveau des départements, avec chaque fois une cuisine, qui sert également d’espace thérapeutique. Chaque résident a droit à une chambre individuelle spacieuse, avec sanitaires et tout le confort actuel (téléviseur écran plat, connexion informatique, réfrigérateur, système d’appel avec enregistrement des soins, protection solaire si nécessaire, …). Au rez-de-chaussée, une cafétéria avec réfectoire et tea-room pouvant prendre des allures de bistrot, une vaste terrasse aménagée et un jardin. Nous avons également pensé à des espaces venant améliorer le confort : salon de coiffure, espace de repos, salle de kiné et d’ergothérapie, des salles de réunion, … Ensuite les équipements de cuisine doivent être équipés selon les dernières normes HACCP, correspondant au fonctionnement actuel du CPAS : une production centrale pour toutes les institutions en ligne froide et régénération sur place. Enfin, nous souhaitions un développement optimal des espaces de service : blanchisserie, rangements, archivage, pharmacie centrale pour le stockage et la distribution des médicaments… »
Bâtiment vert
 « La direction voulait en outre clairement un bâtiment vert, pour lequel il fallait étudier la possibilité d’appliquer des techniques permettant d’économiser l’énergie, mais aussi de réduire autant que possible l’empreinte écologique. Le bâtiment se trouve dans un environnement rural et vert de grande valeur. Il était donc logique que nous demandions aux architectes de veiller à ce que le nouveau bâtiment s’intègre parfaitement dans l’environnement sans s’y perdre. Et, cerise sur le gâteau, une mission supplémentaire : comme nous disposions d’un stock de bois provenant de notre propre forêt dans le Luxembourg, nous avons essayé de promouvoir l’utilisation de bois belge. Il fallait donc que notre projet utilise notre propre bois. »
Construction
« Le centre se compose de deux ailes pour les résidents reliées par un noyau central qui abrite, entre autres, le poste d’infirmerie. Ce n’est qu’au premier étage que l’on trouve une troisième aile pour les résidents, également en relation avec le noyau. Au rez-de-chaussée, outre les espaces administratifs, le local d’accueil pour les familles, la cuisine, la blanchisserie, la pharmacie centrale et les rangements, il y a également des espaces davantage destinés au voisinage ou aux visiteurs, comme le salon de coiffure, l’espace de repos, les salles de réunion, le tea-room. Les étages comportent les chambres individuelles des résidents, avec les espaces techniques destinés aux soins et au suivi des résidents (poste d’infirmerie, salles de bains communes, espaces utilitaires, buanderies, espaces de vie, coins salon, …). » Les espaces techniques ont été principalement aménagés dans les volumes se trouvant dans les deux ailes, sur le toit, dans un niveau technique spécialement aménagé au-dessus des rangements et de la cuisine. Le parking  est réparti sur deux niveaux distincts, notamment en raison du relief du terrain. L’un de ces niveaux est à moitié souterrain, et l’autre est à moitié en plein air, en parallèle à la voirie.
Systèmes écologiques
« Comme nous l’avons déjà dit, prévoir des systèmes écologiquement responsables était une condition absolue de ce projet. Un bon rendement énergétique va de pair avec la consommation. Cela se fait avant toute chose par la combinaison d’une réduction de la demande énergétique (grâce à des systèmes peu énergivores) et d’une réduction des pertes de chaleur. Les mesures suivantes étaient également importantes : isolation optimale du bâtiment, utilisation d’ampoules économiques, utilisation d’ascenseurs peu énergivores, ventilation équilibrée, captage de la chaleur résiduelle au niveau de l’évacuation de l’air, détecteur de présence pour l’éclairage…
En outre,  ce bâtiment comporte des équipements spécifiques : toits verts, citernes-tampon, récupération des eaux pluviales, boilers solaires, cellules photovoltaïques et système de gestion, » conclut Ann Vandycke.
 
Bert Verbeke

 

Lees ook

Wil je op de hoogte blijven van het laatste zorgnieuws?

Wens je up-to-date te blijven van het laatste zorgnieuws?
Schrijf je dan hier in en ontvang 2-wekelijks onze nieuwbrief.